LES LUNDIS SANS VIANDE

PAR NATACHA CORBEIL - 31 MARS 2016


Le "lundis sans viande" est un mouvement qui a débuté dans les années 2000, ici, au Québec. Cette démarche n'est pas une incitation à faire de nous des végétariens. En fait, elle vise plutôt à informer le peuple québécois des impacts néfastes sur l'environnement, la santé et l'éthique animale d'une consommation élevée en produits animaliers. Les conséquences sont trop souvent sous-estimés ou même encore ignorés. C'est dans ce but que le mouvement tente de sensibiliser les gens à accorder de l'importance à réduire leur consommation de viande hebdomadaire.

C'est plus précisément en 2003 que le "Lundis sans viande" a refait surface en s'associant à l'école de santé publique de l'Université Johns Hopkins de Baltimore. La question avait déjà été évoquée par une auteure américaine, Frances Moore Lappé. Dans son livre, paru en 1971, intitulé "Sans viande et sans regrets", l'auteure souligne le fait que la viande est au centre de nos repas. Une mentalité fort bien ancrée dans les habitudes de vie des Américains. Cette même auteure posait alors la question : "peut-on, sans mettre en péril notre santé, consommer davantage de plantes et moins de viande?" Elle suggérait d’y aller progressivement en remplaçant un repas par semaine par un repas sans viande. Malheureusement, autres que les vendredis maigres de l'Église Catholique jusqu'au milieu des années 60 et le temps de guerre ou les rations devaient être restreintes, ce changement n'a pas eu une grande popularité...

Les conséquences sont très diversifiées. De notre santé personnelle à la santé de la planète. L'environnement en paye un prix fort. La production de viande, le transport du bétail et de leur nourriture est responsable de 18% des émissions globales. C'est énorme! Ces émissions sont principalement dues au méthane, un gaz qui contribue 25 fois plus au réchauffement de la planète que le CO2. Ce gaz est produit par les ruminants et la gestion du fumier. Il y a aussi le surcroît qui est un facteur majeur. L’élevage des animaux contribue également aux problèmes environnementaux tels que la déforestation, la désertification, l’érosion des sols, la pollution des sols et de l’eau, les pluies acides, les algues bleu-vertes et la destruction de milieux naturels.

Pour notre santé, manger moins de produits animaliers aiderait à réduire notre apport en gras saturé et en cholestérol. À question de remplacer la viande par des légumineuses, des noix et du soya ou autres végétaux. Ainsi, nous pouvons réduire les risques de cancers, maladies cardiaques, obésité, hypertension artérielle, diabète, maladies rénales, pour en nommer que quelques uns.


Saviez-vous que 53 milliards d’animaux sont consommés chaque année dans le monde, dont 650 millions au Canada. Ces millions d’animaux d’élevage industriel sont élevés, transportés et abattus dans des conditions inacceptables d’un point de vue éthique. On les traite de manière mécanique et industrielle, sans prêter aucune attention particulière à leurs besoins fondamentaux ou à leur capacité à souffrir. Les pratiques utilisées sur les animaux de fermes industrielles (telles que l’ablation de la queue des cochons, le débecquage des poussins et la castration des mâles) leur infligent de grandes souffrances. De plus, pour la majorité d’entre eux, ils sont confinés à des enclos intérieurs, très entassés, jusqu’au jour où ils iront se faire abattre. La meilleure façon de réduire cette souffrance animale est de réduire notre consommation de viande.

Notre alimentation est trop souvent, encore aujourd'hui, basé sur le plat de gibier.  Tandis que les légumes, eux, obtiennent le rôle d'accompagnement dans notre assiette. Dès que vient en tête cette question qu'on se répète sans cesse "Qu'est-ce qu'on mange pour souper?" pour un très grand nombre de consommateurs, il est impossible de concevoir un repas sans protéine animale. Celle-ci est présente du déjeuner au souper pour certains. Par chance, enfin, la population pose un regard différent sur son alimentation. Enfin, on se questionne et on se sensibilise sur les répercussions qu’amène notre alimentation inassouvissable!

Pour ceux qui veulent participer au mouvement sachez que plusieurs restaurateurs de la grande métropole ont même décidés de suivre en offrant des repas végés, du moins, le Lundi. Vous pouvez aller visiter le site www.lundissansviande.net pour consulter la liste de quelques restaurateurs participants. Une section recette est aussi disponible afin de vous inspirer à cuisiner des plats sans viande. Bien sûr, nous vous proposons également un choix de recettes végés. Allez jeter un œil sur notre page Recettes! ;)

Nat

À LIRE AUSSI

 

NOS MEILLEURES RECETTES